Le renouveau commercial à Courbevoie

Lors du conseil municipal du mercredi 8 décembre dernier, je défendais la cession du fonds de commerce du local commercial situé au 49 rue de Bezons qui accueille actuellement la boutique éphémère de Courbevoie.

L’installation de cette boutique éphémère accueillant des entrepreneurs courbevoisiens est le fruit d’un beau travail conjoint du service commerce et du service de l’attractivité économique.

Ce local est le dernier préempté par la ville que nous n’avions pas encore céder, car nous voulions y réaliser un beau projet. Pour mémoire la ville a engagé 742 460€ pour empêcher l’installation de commerces que nous jugions non pertinents. La vente des fonds de commerces et les recettes liées à la politique de redynamisation commerciale nous ont permis de dégager un excédent financier de près de 300 000 €.  

Cela signifie que nous avons réussi à installer des commerces qui répondent aux attentes de nos concitoyens : la crêperie « L’Insensé » à côté du marché de Bécon, l’épicerie vrac « Baptistine« , la cordonnerie-maroquinerie en Cœur de ville, tout en générant des recettes pour la ville.

Mais cela ne nous empêche pas de porter un regard critique sur cette politique et depuis juillet 2020, aucune préemption commerciale n’a été faite par la ville. Pourtant nous avons permis l’installation de la librairie du quartier Bécon, Le Baron Perché en partenariat avec le commerçant qui souhaitait vendre son bail et le porteur de ce très beau projet. J’ai d’ailleurs eu plaisir à voir cette photo d’Aurélie Taquillain, dans la librairie avec cette légende « On l’attendait ». Pendant que Madame Taquillain et l’opposition attendent, nous travaillons et les résultats commencent à se voir.

J’en profite ici pour dire que je trouve très irrespectueux que la commission qui concerne l’attractivité, la vie économique, l’emploi, les artisans et les commerçants n’ait jamais duré plus de 15 minutes depuis le début du mandat. L’opposition n’a jamais aucune question, aucune suggestion, aucune idée, ni aucune réflexion sur ces sujets mais se permet d’écrire dans le journal de la ville qu’il faut mettre en place une politique d’attractivité.  J’invite donc les membres de l’opposition à s’impliquer dans cette commission qui est le lieu parfait pour en parler et pour travailler.

En attendant, c’est un manque de respect pour le travail que nous effectuons et c’est un manque de considération pour tous les courbevoisiens concernés par ces problématiques dont les commerçants et les artisans.

La majorité travaille et nous avons donc aussi favorisé l’ouverture de « La Ruche qui dit oui » rue de Bezons. Bientôt, de la même manière vous devriez voir arriver une nouvelle poissonnerie, une nouvelle fromagerie et un véritable bistrot traditionnel sans que cela ait coûté un centime à la ville.

Concernant la rue de Bezons, je me souviens de certaines personnes qui expliquaient que la rue était morte et que jamais une enseigne nationale ne viendrait s’y installer. Nous avons eu raison de ne pas les écouter. La rue de Bezons est dynamique pour peu qu’on fasse en sorte qu’elle le soit

Le restaurant de la gare de Courbevoie, Toi, devait être un fast-food, un de plus! Nous avons pris contact avec les porteurs de projet et leur avons demandé de travailler à un concept de meilleure qualité. Aujourd’hui, vu la fréquentation de l’établissement, il me semble, qu’il répond bien à la demande des habitants. Je saisis l’occasion pour féliciter les services de la ville et les deux gérants du restaurant pour cette belle réalisation.

Nous avons réussi à attirer une enseigne d’avenir qui a choisi d’implanter l’un de ses tous premiers magasins dans la rue de Bezons : La ruche qui dit oui, épicerie spécialisée dans les produits en circuit court.

Et mercredi dernier nous avons donc adopté le rapport permettant de céder le fonds de commerce pour permettre l’ouverture d’un magasin de jouets sous enseigne « La Grande récré ».

C’est un projet sur lequel nous travaillons depuis plusieurs mois avec le groupe Ludendo et plusieurs autres acteurs. La Grande Récré installera ainsi à Courbevoie son premier concept de magasin de centre-ville. Nous espérons accueillir cette « locomotive commerciale », dès Septembre 2022, ce qui devrait permettre de faciliter les autres projets en cours sur la rue de Bezons.

Il est important de noter que l’opposition n’a pas voté ce texte, ne soutenant donc pas le projet d’attirer dans notre ville un magasin de jouets et une grande enseigne nationale qui enrichira et dynamisera l’offre commerciale de la ville. Non, l’opposition à préféré critiquer la qualité des commerces de la rue de Bezons… Les commerçants concernés apprécieront.

Cet article, publié dans commerce, Courbevoie, David Brexel, Non classé, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.