Pourquoi je soutiens Jacques Kossowski pour Courbevoie

Hier, Jacques Kossowski et Marie-Pierre Limoge ont lancé leur campagne électorale devant plus de 300 courbevoisiens venus témoigner de leur confiance et de leur soutien.

Je suis arrivé à Courbevoie quand j’étais étudiant, j’habitais alors à 8 000 km d’ici en Guadeloupe et je devais choisir une résidence étudiante pas trop éloignée de la Sorbonne. Je n’ai plus jamais quitté cette ville et je suis fier d’être Courbevoisien !

Très rapidement, j’ai voulu rencontrer Jacques Kossowski et notre rencontre c’était déjà faite autour d’une galette des rois.

Il n’y a pas de hasard parait-il, que des rendez-vous. Lors de ce premier rendez-vous nous avons parlé de mon avenir, j’étais militant et je me voyais bien devenir un élu de la République. Il m’a donné ce conseil : « trouve d’abord un métier ».

J’ai suivi ce conseil, j’ai terminé mes études, j’ai quitté ma résidence étudiante mais pas Courbevoie et j’ai trouvé un métier. J’ai commencé dans la fonction publique et j’ai même travaillé à la Mairie de Courbevoie, jusqu’au jour où il m’a appelé dans son bureau pour me dire : « Tu vas aller travailler au conseil départemental des Hauts-de-Seine » Là encore j’ai écouté son conseil. Je lui ai fait confiance et il avait raison, j’ai beaucoup appris, j’ai appris une partie du métier.

Mais lui aussi m’a fait confiance. J’ai continué à milité, à Courbevoie, chez les jeunes populaires avec Benoit Deneulin puis au niveau du Département. Je suis devenu responsable départemental des jeunes populaires, dans la deuxième fédération de France, les Hauts-de-Seine, sous la Présidence de Nicolas Sarkozy. Cette responsabilité je n’ai pu l’exercer qu’avec l’entier soutien de Jacques Kossowski. Et j’ai appris une autre partie du métier.

Vous m’avez aussi fait confiance dans un moment plus compliqué. Certains d’entre vous se souviennent peut être du centre commerciale La Coupole à la Défense. J’y ai passé des jours et une nuit. Des jours avec les commerçants à comprendre pourquoi l’EPAD voulait fermer ce centre sans les indemniser. Une nuit, où des maçons sont venus monter des murs pour condamner le centre. Les commerçants sont intervenus, m’ont appelé, la police est intervenue et j’ai appelé Jacques Kossowski.
Il était tard mais il m’a répondu, il a appelé le commissaire de la Défense et nous avons tous pu rentrer chez nous.
Nous nous sommes retrouvés, quelques jours plus tard, le 14 juillet, dans son bureau. Il y a avait le défilé militaire à la télé et nous avons constitué tout un dossier qui a permis aux commerçants d’être indemniser. Le préfet et le Directeur général de l’EPAD disaient «tout va bien Monsieur le Maire, il n’y a aucun problème », mais c’est à moi qu’il a fait confiance.
Jacques Kossowski est proche de ses concitoyens, il les écoute, il les comprend et il les aide. C’est rare un maire qui s’engage autant et c’est précieux.

A1019C1B-A4A7-42AD-AE12-2757A22A40BC

Si j’ai participé hier à ce lancement de campagne, ce n’est pas un hasard, c’est le fruit de notre première rencontre. J’ai un métier qui m’a permis de connaitre le fonctionnement des collectivités locales, je connais les élus des Hauts de Seine, je connais ce monde politique. J’ai continué à milité, je suis devenu conseiller de quartier, j’ai créé ce blog pour enrichir le débat local, j’ai conseillé des candidats aux élections, j’ai créé un « Laboratoire d’idée » à l’origine notamment de la préemption commerciale et qui est toujours force de proposition aujourd’hui.

J’ai choisi de soutenir Jacques Kossowski car j’ai confiance en lui et en son expérience.

Ceux qui pensent que Courbevoie commence demain feraient bien de réviser leur histoire. Cette ville vit depuis des siècles, du village de pécheur à la ville industrielle et jusqu’à la naissance du quartier de la Défense, cette ville s’est transformée.
J’ai confiance en lui parce qu’il a participé à transformer cette ville : le Faubourg-de-l’Arche, l’espace événementiel, le stade Jean-Pierre Rive, le parvis de l’église Saint-Pierre et Saint-Paul ; et demain : la Halle du Marché, le parc de Freudenstadt et celui de Bécon, l’avenue Gambetta, le Village Delage ; et après : la Gare du Grand Paris, le nouveau Charras !

Mais quelle ville a ce dynamisme, sans dénaturer ses quartiers, sans s’urbaniser ni se densifier à outrance, sans augmenter les impôts et sans s’endetter ?

Jacques Kossowski est un homme d’expérience, de valeur et de confiance.

Jacques Kossowski est un maire bâtisseur, gestionnaire et visionnaire.

C’est pour cela que je m’engage avec lui, avec Marie-Pierre Limoge et l’équipe qui s’est constituée autour d’eux et c’est pour cela que je vous demande à tous de vous engager avec nous.   

Cet article, publié dans Courbevoie, David Brexel, Evénement, Militer, Non classé, Politique, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.