Un débat… quel débat ?

Nous étions 9,8 millions de personnes devant notre télévision pour assister au premier débat, avant le premier tour, de l’Histoire de l’élection présidentielle.

Sur la forme, on ne peut que regretter l’absence de débat, les candidats ont abordé chacun des sujets au pas de charge, en ne s’interpellant que trop rarement, résultat, nous étions devant une boutique de télé-achat dans laquelle chacun avait 2 minutes pour vanter son offre.
L’éducation, la sécurité, l’économie… tous ces thèmes méritent un vrai débat, une vraie confrontation d’idée. Les vrais échanges auront été trop courts, trop rares.

Sur le fond, je n’ai vu qu’un candidat crédible, ayant la stature d’un homme d’Etat, défendant un programme sérieux et nécessaire. Je n’ai vu qu’un candidat qui ne louvoie pas, qui appuie ses arguments sur des chiffres et les expériences. Il affiche l’ambition de faire de la France la première puissance européenne. Cela passe par l’éducation et une école qui enseigne les fondamentaux.
Cela induit une plus grande sécurité, une généralisation des polices municipales, des policiers sur le terrain, une impunité zéro et plus de moyens.
Cela passe par la fin des 35h et des négociations par entreprises. Il faut redonner de la liberté aux investisseurs et aux travailleurs.
Cela passe aussi par une immigration contrôlée et limitée pour favoriser l’intégration.
Cela passe surtout par une réduction de la dépenses publique.
Il dénonce les promesses qui ne seront pas tenues : plus de fonctionnaires, plus d’aides sociales, plus de prisons… »
Je n’ai vu qu’un seul futur président de la République : François Fillon

J’ai eu une bonne surprise, même si je m’y attendais : Jean-Luc Mélanchon dont le message aura été troublé, en arrière plan, par les trois trublions hilares à chacune de ses prises de parole qui donne l’impression que ce qu’il raconte n’est pas sérieux.
Dommage car au delà du tribun, un peu grande gueule au discours parfois exagéré, il y a une vraie conviction et de vraies idées, que l’on partage ou pas. 

Marine Le Pen a fait du Le Pen : en permanence dans l’outrance, dans l’excès et au final complètement à coté de la plaque, déroulant un programme bien plus effrayant que ses mises en garde. Mauvaises dans ses attaques, elle s’est fait sévèrement rabrouer à plusieurs reprises

Emmanuel Macron, le débutant, c’est l’impression qu’il a donnée en commençant par présenter son CV, la voix serrée et les yeux empli de stress. Il aura passé une partie du débat à être d’accord avec Mélanchon, avec Fillon, avec Hamon. Il n’y a pas de conviction mais un candidat zig-zag. 
Il a passé une autre partie de son temps à ressortir les recettes d’un passé sans succès (police de proximité, 35h…) ou à proposer ce qui existe déjà « les heures supplémentaires doivent être payées »…
Encore une autre partie à s’abaisser à se quereller avec Madame Le Pen.
Embarrassé par le soupçon de conflit d’intérêt il a expliqué sans sourciller « je supprime le conflit d’intérêt ».  Moi président, je supprime ce qui m’embête !

Enfin, Benoît Hamon, si soucieux de la transparence qu’il se l’est appliqué à lui même quasiment tout au long du débat. Il faut tout de même signaler l’échange entre les deux anciens ministres de François Hollande, moqué par Jean-Luc Mélanchon : « Il faut bien qu’il y ait un débat au PS »

En bref, un homme d’Etat, un tribun, une extrémiste, deux socialistes dépassés et pas véritablement de débat. Pour une fois on aura un peu parlé de programme malgré la tentative des journalistes de ramener « les affaires » au premier plan. Je ne suis pas certain que cette soirée aura permis aux indécis de se décider.

Publicités
Cet article, publié dans Evénement, National, Politique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Un débat… quel débat ?

  1. Philippe Roche dit :

    Ca ne va pas être facile de diriger le pays depuis la Santé !

    Philippe ROCHE

  2. je vous trouve un peu trop partisan. Ce débat a montré deux candidats sérieux (Fillon et Macron) avec beaucoup de convergences et des points forts différents presque complémentaires. Je suis d’accord avec vous sur l’excellent Mélanchon, on voudrait y croire tellement il est intéressant. Hamon et Le Pen c’est demain on rase gratis, même si toutes leurs réflexions ne sont pas sans intérêt mais leurs mesures c’est vraiment la catastrophe.

    • C’est un blog partisan mais qui ne se cache pas.
      Sur le fond, je ne suis pas en accord avec les propositions de Monsieur Macron de remettre une police de proximité pour mettre des amendes, de conserver les 35h mais de déréglementer le temps de travail, d’ignorer le burkini en reconnaissant que le voile est une soumission de la femme.
      D’abord je ne les comprend pas et ensuite j’ai la conviction que l’heure n’est plus à la prévention mais à la sanction, même à Courbevoie les petits déliquants nargue la police parce qu’elle n’a plus les moyens de les sanctionner. J’ai la conviction que les 35h au delà d’être un frein à la croissance est surtout un vol : combien somme nous à travailler bien plus de 35h sans être payé en heures supplémentaires, dans le privé comme dans la fonction publique ?
      Sur le burkini, soit il s’agit d’un vêtement religieux, soit ce n’en est pas un, la vraie question est là et ce n’est pas aux politiques de la trancher. Si c’est un signe religieux, si c’est une soumission de la femme appliquons la loi, mais ne tergiversons pas pour ménager un électorat.

      Je suis partisans parce que j’ai des convictions et vous trouverez ici un espace d’expressions de vos convictions.

  3. ce n’était pas un reproche et je comprend votre ardeur car pour la droite et le centre c’est quasi mort et je suis le premier à le regretter. Je n’ai pas dit que j’étais d’accord avec tout le programme de Macron, je suis d’ailleurs un peu plus en phase pour la partie économique avec Fillon. Mais j’espère que vous ne rêvez pas qu’avec le programme Fillon vous allez réellement gagner plus. Dans les grands groupes et entreprises de tailles moyennes soit il y aura soit le statut quo (Le plus probable) soit si les subventions liées aux 35 heures sont supprimées nous perdrons une partie de nos RTT à salaire égal ou presque.
    Personnellement je trouve qu’un panachage TVA sociale et baisse de la CSG serait la bonne solution car gagnant pour tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s