La tour Phare bloquée mais pas annulée

crédit : Morphosis/ L'autre Image Production

La tour Phare est, à Courbevoie, un sujet hautement polémique et éminemment politique, située entre le Cnit et l’Arche de la Défense, elle culmine à 296 mètres (69 étages) mais elle ne devrait pas sortir de terre cette année, comme prévu, peut-être en 2017.

Aujourd’hui, le projet est bloqué  par le refus du Député-maire de Courbevoie de signer le permis de démolir de la passerelle Carpeaux, indispensable au début des travaux.
Cette liaison est  empruntée chaque jour par 20 à 30 000 personnes et Jacques Kossowski, souhaite qu’Unibail finance une autre passerelle supportant le même trafic mais les propositions du promoteur sont jugées insuffisantes : «La largeur de la passerelle proposée n’est pas adéquate compte-tenu du nombre de passants qui l’empruntent quotidiennement, explique le Maire. Au cas où la proposition ne serait pas améliorée, je m’opposerai à la destruction de l’actuelle liaison, ce qui empêcherait le début des travaux».

Cependant, la période électorale est toujours propice aux postures politiciennes. Ainsi, en 2011, le parti socialiste avait remporté les élections cantonales en s’opposant aux tours, on sait désormais que le nouveau conseiller général ne fait rien contre ces projets. Jacques Kossowski avait, lui, choisi de retirer son recours après avoir obtenu des réponses du promoteur.

A l’approche des élections législatives, le Maire de Courbevoie a changé de stratégie et bloque désormais le projet, cependant, l’intérêt de notre Maire pour le développement de la Défense est connu et le projet Phare est toujours à l’ordre du jour.

Cette prise de position du Maire était attendue par les habitants des quartiers limitrophes du projet et suscite beaucoup d’espoir. Cette opposition ne doit donc pas s’avérer n’être qu’une posture.
Il y a un véritable rejet du projet de cette tour à cause des nombreuses conséquences négatives qu’il aura sur notre ville et la destruction de la passerelle n’est qu’une nuisance parmi d’autres mais en aucun cas l’unique raison de ce rejet.

Le projet est aujourd’hui bloqué mais pas abandonné, si au lendemain des élections un accord devait être trouvé entre Unibail et la Mairie, cela provoquerait chez les Courbevoisiens bien des déceptions.

David Brexel

Publicités
Cet article, publié dans Courbevoie, Haut de Seine, La Défense, Politique, Tribune, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s