Loi sur la pénalisation de la négation des génocides, de quoi parle-t-on ?

La proposition de loi de Valérie Boyer (@valerieboyer13) à été adoptée jeudi par l’Assemblée Nationale, en représailles, son site internet a été piraté et depuis et la polémique enfle et dérive.
Que dit exactement cette loi et de quoi parle-t-on vraiment ?

La proposition de loi de Valérie Boyer, soutenue par plusieurs Députés est une transposition du droit communautaire sur la lutte contre le racisme et réprimant la contestation de l’existence du génocide arménien. Le texte français porte lui sur la lutte contre le racisme et répression de la contestation de l’existence des génocides reconnus par la loi.
Il s’agit d’une transposition du droit européen, c’est-à-dire de l’adaptation dans notre droit national d’un texte de droit communautaire.

Le texte vise à punir la négation des génocides reconnus par la loi et la France reconnaît deux génocides : celui des Juifs et des Tsiganes commis par les nazis et le génocide arménien commis par l’Empire ottoman en 1915-1916. La portée générale du texte comble  ainsi une lacune du droit français qui réprimait la négation du génocide Juif et Tsigane mais tolérait celle du génocide des Arméniens.

Cette loi est aujourd’hui critiquée pour plusieurs raisons, notamment  :
– Elle serait « électoraliste » et aurait pour objectif de gagner les voix de la communauté arménienne en vue des élections. D’abord, ce texte à été voté par des députés de droite comme de gauche, or il est assez rare que les textes à visée  purement électoraliste fassent l’unanimité. Ensuite, ce texte permet de lutter contre le racisme et de faire progresser les droits de l’Homme, s’il n’est dû qu’à l’approche des élections présidentielles, tant mieux !

– Selon certains Historiens elle serait une ingérence du législateur dans l’Histoire.  D’une part le génocide Arménien est reconnu par la France depuis 2001, mais aussi et depuis plus longtemps le parlement européen et plusieurs pays dans le monde, il n’y a donc pas aujourd’hui de réécriture de l’Histoire, ces historiens ont 10 ans de retard. D’autres part, cet évènement ne relève pas de l’opinion, mais du fait historique dont les preuves ne manquent pas.

Pour conclure, sur BFMTV Valérie Boyer déclare  avoir reçu  : « des menaces de mort, des menaces de viol, des menaces de destruction, des injures et des insultes, je trouve ça très choquant. ». « Je me dois de déposer une plainte, ce que je ferai. Cette façon de procéder ne peut que nous conforter à la fois dans nos convictions et dans notre résolution. C’est quand même totalement paradoxal d’être l’auteur et le rapporteur d’un texte qui parle de droits de l’homme, de dignité humaine, de reconnaissance et de protection des plus faibles, et légiférer sous la menace, se faire menacer par un État étranger et ensuite subir des menaces personnelles, extrêmement graves « 

Ce sont ces menaces intolérables et ces attaques , mais aussi les tentatives d’ingérences et les mensonges à l’encontre de notre pays et de nos représentants,que nous devons dénoncer, condamner et combattre.

David Brexel

A lire : l’article de Patrick Devedjian, Génocide arménien : réponse aux objections

Publicités
Cet article, publié dans National, Politique, Tribune, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Loi sur la pénalisation de la négation des génocides, de quoi parle-t-on ?

  1. Nelly dit :

    Le génocide arménien a été perpétué par la Turquie à l’encontre des Arméniens installés en Turquie lors de la Grande Guerre mais plus précisément d’avril 1915 à juillet 1916. Les deux tiers des Arméniens qui vivaient en Turquie ont été exterminés au cours des déportations et lors des massacres de grande ampleur. Il fut planifié et exécuté par le parti au pouvoir à l’époque, le comité Union et Progrès, plus connu sous le nom de « Jeunes-Turcs », dirigeant l’Empire Ottoman et engagé dans la Première Guerre mondiale aux côtés des Empires centraux. Il a coûté la vie à un million deux cent mille Arméniens d’Anatolie et du haut-plateau arménien.
    Dans la plupart des estimations il y avait entre un million et demi et deux millions et demi d’Arméniens qui vivaient dans l’Empire ottoman avant le génocide.

    Mais cette percécution envers les Arméniens ne datait pas de la Première Guerre mondiale mais bien avant :
    Les massacres hamidiens, de 1894 à 1896, constituent le prélude, la première série d’actes criminels de grande ampleur perpétrés contre les Arméniens de l’Empire ottoman. Ils eurent lieu sous le règne du sultan Abdülhamid II, connu en Europe sous le nom du « Sultan rouge » ou encore du « Grand Saigneur », qui ordonna des massacres à la suite de révoltes des Arméniens à l’encontre du sultan voyant que le communauté voyant que ses droits étaient bafoués par le Sultan et demandaient l’égalité entre Turques et Arméniens. Le nombre des victimes arméniennes serait d’environ deux cent mille.
    En France, Jean Jaurès dénonça le massacre des populations arméniennes dans un discours à la Chambre des députés le 3 novembre 1896.
    Autre prélude au génocide arménien, les massacres de Cilicie ou d’Adana eurent lieu entre les 14 et 27 avril 1909. Ils s’étendirent aux zones rurales de Cilicie et à différentes villes : Adana, Hadjin, Sis, Zeïtoun, Alep, Dörtyol. Environ trente mille Arméniens y laissèrent leur vie, dont vingt mille dans le seul Vilay et d’Adana.
    Des troupes constitutionnelles ottomanes participèrent aux massacres. Stéphen Pichon, ministre des Affaires étrangères, portera l’accusation à la Chambre française, séance du 17 mai 1909.

    Concernant la député Valérie Boyer, qui est à l’origine de la loi qui condamne la négation du génocide turque ou elle subit des menaces de mort, des menaces de viol, des menaces de destruction, des injures et des insultes ou l’on devine sans peine, qui sont les auteurs : entre la communauté turque de France allant même jusqu’en Turquie ! Evidement que c’est intolérable et choquant! Quand on parle de génocide turque sur les pages de forums des médias, il faut voir les Turques se déchainaient ! Malheureusement la Turquie ne reconnait pas le génocide arménien et aucun manuel scolaire n’en parle, ni aucune émission à la télé en Turquie. L’Etat turque est hypocrite de ce côté là et sait que en réalité que le génocide arménien a eu lieu tout comme la population turque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s