A la « Règle d’or » le PS préfère les déficits

 A quelques mois de l’élection Présidentielle, le Parti socialiste a choisi de mener une campagne démagogique, abandonnant tout courage politique.

Ainsi, les parlementaires PS refusent toujours de voter l’inscription dans la Constitution d’une règle d’or budgétaire interdisant de présenter des budgets en déficit. Au lendemain d’une crise économique, financière et monétaire qui a lourdement touché l’Europe et qui a fortement ébranlé la zone euro, ce refus témoigne d’une grande irresponsabilité.
Les députés et sénateurs socialistes ne souhaitent pas voter cette mesure, car elle est proposée par la droite… Voilà le niveau du débat et le niveau de prise de conscience de la gravité de la situation actuelle. Laisser filer le déficit, c’est menacer la croissance future et faire peser le poids de notre incapacité à agir aujourd’hui sur les générations futures. Mais, l’intérêt général, l’intérêt de la nation, passe après les annonces populistes des candidats socialistes d’augmenter les budgets des ministères de 30 à 50%. Dans ces conditions, comment croire ces mêmes candidats quand ils disent vouloir réduire le déficit de l’Etat à 3% dès 2013 ?

A Courbevoie, le PS est plus franc et milite publiquement pour plus d’emprunts et plus de dette. Partout ailleurs, les oppositions, de droite comme de gauche, reprochent au Maire une mauvaise gestion et des dépenses irresponsables, pas à Courbevoie ! Notre opposition reproche à Jacques Kossowski de ne pas assez endetter la ville.

En effet, chaque année le budget de la ville de Courbevoie augmente et permet d’assurer de nouveaux services. La ville peut mener de grands projets grâce à ses capacités de financement propre, et, si c’est vraiment nécessaire, elle peut emprunter.
Courbevoie est une ville faiblement endettée, alors qu’elle assure des prestations de très grande qualité : c’est un sujet de réjouissance et non de dépit !
Quand on emprunte à tout va, le remboursement des intérêts de la dette devient une part importante du budget et parfois la part la plus importante.
Si nous ne voulons pas connaître cette situation, si nous ne voulons pas voir nos impôts augmenter dans les années à venir, non pas pour payer de nouveaux équipements, mais pour rembourser les seuls intérêts de la dette, nous savons quoi faire : ne pas voter pour le PS et Jean-André Lasserre !

David Brexel

Publicités
Cet article, publié dans Courbevoie, National, Tribune, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s