Quand la passerelle de la gare de Bécon devient un enjeu politicien…

Article paru sur le blog de Jean Spiri : Voie droite, esprit courbe

Le débat sur le réaménagement de la gare RFF de Bécon est bien évidemment essentiel pour l’avenir de ce quartier, et au-delà de notre ville et des villes voisines. La gare Transilien est une porte d’entrée pour les habitants comme les salariés, elle sera demain au centre d’un  véritable pôle multimodal et elle est partie intégrante d’un quartier qui doit à la fois préserver sa spécificité tout en se modernisant.

Cependant, le débat doit être serein et réaliste. Dans l’idéal, nous sommes nombreux à privilégier une solution souterraine qui génère moins de nuisances, présente l’avantage de faciliter demain la connexion avec la gare de Grand Paris, etc. Mais il faut bien comprendre que l’idéal ne tient pas compte des petits détails comme les éléments financiers, les éléments techniques, les éléments calendaires, autant de petites broutilles….

L’opposition à la passerelle proposée par RFF est une posture facile : la passerelle fait peur, elle transformera le paysage, elle pourra générer des nuisances, bref, elle est le totem parfait.

Une fois que l’on a dit cela, qu’a-t-on dit exactement ? Pas grand chose ! Ce sont RFF et la SNCF qui sont maîtres d’oeuvre, ils ont expliqué pourquoi la passerelle était à leurs yeux une solution à privilégier. Alors on peut faire comme l’a fait la mairie : demander des études précises, se donner les moyens de comparer deux solutions, l’une aérienne, l’autre souterraine, insister sur la nécessité d’une connexion avec la future gare souterraine du Grand Paris. Autant de demandes qui sont celles de Jacques Kossowski et qui font qu’aujourd’hui aucun projet n’est retenu. Mais peut-on écarter définitivement la solution proposée par le maître d’oeuvre, au risque de créer une situation de blocage ?

Qui aura à assumer le mécontentement des habitants et des salariés, qui n’auront toujours pas accès de façon aisée à la gare ? Pas ceux qui ont jeté de l’huile sur le feu, mais ceux qui sont en responsabilité. Cela ne veut pas dire qu’il faille tout accepter : le maire de Courbevoie a bien indiqué en quoi ce projet lui paraissait insatisfaisant, il a réinsisté sur la nécessité de pouvoir négocier sur la base d’alternatives (passerelle ou souterrain, traités comme deux options avec tous les éléments techniques et financiers). Mais comment entrer dans des négociations sans écouter les arguments de celui qui sera le maître d’oeuvre ?

Le Parti socialiste de Courbevoie s’est prononcé contre la passerelle, dans un article auquel tout un chacun peut souscrire, sauf pour un petit détail : il se situe dans un idéal qui ne tient en rien compte de contraintes techniques, financières ou de l’avis du maître d’oeuvre. Sans compter que le Parti socialiste local se réveille une nouvelle fois bien tardivement et toujours sous la forme d’oukases aussi autoritaires qu’inappropriés  La ville ne peut se permettre de prendre en charge seule les dizaines de millions d’euros nécessaires à la réalisation de la mise en accessibilité. Et même si elle le souhaitait, elle ne le pourrait pas sans l’avis de RFF et de la SNCF…

C’est au tour du Front national de se prononcer contre la passerelle, par un tract diffusé aux riverains. Cela faisait longtemps que ce parti ne s’était pas intéressé à des problématiques locales de Courbevoie – aux cantonales,  une photo de sa dirigeante nationale leur servait de seul programme. Leur tract se résume à une prise de position contre la passerelle et pour le souterrain. Passons sur les erreurs matérielles, comme la durée de la concertation qui était plus longue, etc., pour nous concentrer sur l’essentiel : des croix à cocher – êtes vous contre la passerelle, êtes vous pour le souterrain, êtes vous pour plus de concertation (on croit rêver de leur part) et enfin êtes-vous intéressé par le Front national. On voit le glissement, et la tentative grossière de récupération politicienne !

Nous pensons qu’il peut y avoir des débats sur des projets d’aménagement, mais des débats qui tiennent compte des avantages et des inconvénients de chaque solution – dès lors qu’ils sont exposés clairement, comme nous l’avons demandé à RFF. Mais quand le débat vire à la tentative de récupération politicienne, il faut savoir avertir la population, et rappeler quelles doivent être les responsabilités des élus à son égard. Nous y plaçons la vérité ! Et une nouvelle fois – hélas- seule la majorité autour de Jacques Kossowski fait preuve de responsabilité et s’implique pour renforcer l’attractivité et la qualité de vie de notre ville.

Publicités
Cet article, publié dans Courbevoie, Tribune, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Quand la passerelle de la gare de Bécon devient un enjeu politicien…

  1. Philippe ROCHE dit :

    Décidément, j’aime la dialectique de Monsieur Spiri !!!

    Il nous explique qu’il faut débattre … certes mais en prenant pour argent comptant les affirmations non démontrées de RFF / SNCF.

    Il nous explique que la Maire de Courbevoie a posé les bonnes questions … mais que l’on devra se satisfaire des non-réponses de RFF / SNCF

    Il nous explique qu’il faut tenir compte des contraintes financières … mais ne dit rien sur le coût d’une passerelle qui sera obsolète (sinon détruite) quelques années après sa construction.

    Nous n’avons pas dû assister à la même réunion …

    Moi, j’ai entendu de nombreuses personnes intéressées poser des questions à RFF / SNCF … et j’ai entendu les réponses apportées : la seule solution possible, c’est celle que nous présentons !

    A plusieurs reprises, des intervenants ont demandé sur quels critères les autres solutions avaient été écartées : aucune réponse de RFF / SNCF

    J’ai entendu des associations de personnes handicapées indiquer que le projet présenté ne respecte pas la règlementation (détour trop important pour les PMR) et proposer l’étude de solutions de type rampe + souterrain … là encore pas de réponse !

    J’ai entendu des personnes dire qu’au 21° siècle, il est inconcevable de réaliser un tel projet sans tenir compte de ce qui va se passer quelques années après sur le même site.

    Manifestement les nombreuses personnes présentes avaient des attentes fortes …

    Espérons que cette « concertation » (et non pas information comme répété à plusieurs reprises par RFF) portera ses fruits et que les maîtres d’œuvre entendront les questions.

    Ce serait évidement plus profitable si le Maire de Courbevoie prenait (pour une fois) une position claire.

    Philippe ROCHE
    10/07/2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s