Le conseiller général invisible de Courbevoie-Sud

En quatre mois au Conseil général, Jean-André Lasserre a déjà apporté la preuve de son incapacité à assumer un mandat. L’opposition, c’est toujours plus facile que l’action : la preuve en quelques exemples.

Le nouveau conseiller général, qui avait promis de siéger à l’EPADESA pour mettre un terme aux projets de construction (Phare, Ava,…), n’a pas réussi à tenir cette promesse, faute de voix. Mais il lui restait toujours la possibilité de candidater à la présidence de DEFACTO, organisme gestionnaire du quartier de la Défense. Mais, manque de chance, il faut rédiger un programme pour être candidat, y décrire sa vision de La Défense. Or le seul programme de Jean-André Lasserre est d’être contre, contre les tours, contre La Défense même et ses richesses économiques, car il trouve que nous avons trop d’entreprises. Peut-être Monsieur Lasserre trouve-t-il aussi que nous avons trop d’emplois, et qu’il faudrait en supprimer pour mieux se retrouver dans la moyenne de chômage national ? Voici l’ambition de Monsieur Lasserre sur La Défense. Pas étonnant qu’il n’ait pas trouvé de quoi remplir un programme !

Jean-André Lasserre avait mis en avant dans son programme la nécessité, réelle, d’engager des travaux de rénovation, mais aussi de sécurisation des axes routiers départementaux qui traversent notre ville. Or, lors du vote au Conseil général des financements pour ces travaux, le nouveau conseiller général a voté contre. Vous avez bien lu : il s’est opposé à ces travaux de rénovation tellement nécessaires, de son propre aveu…. Mais pourquoi donc ? Bien sûr, il nous expliquera qu’il est pour une rénovation, mais pas comme ci, pas comme ça. La vérité est toute simple : Monsieur Lasserre ne sait que dire non à tout projet qui n’émane pas de son parti….voire de lui-même. Patrick Devedjian a bien souligné lors de cette séance que ceux qui votent contre considèrent que ces travaux ne sont pas nécessaires sur leur canton. On voit les conséquences à long terme : dans le canton sud, le carrefour Charras et les rues qui le composent risquent de ne pas être sécurisés à cause d’un conseiller général « noniste » invétéré. Comment faire passer l’urgence des travaux et de l’aménagement des voies départementales sur notre commune avec un opposant, non pas politique, mais aux intérêts mêmes de la ville ?

Enfin, par principe plus que par conviction, le nouveau conseiller général critique le projet de tramway, alors même qu’il défend par ailleurs les trottoirs élargis, les pistes cyclables et les plantations d’arbres qui accompagnent le projet. Au passage, le maire socialiste de Colombes et le maire communiste de Bezons ont approuvé cette réalisation. Mais, comme toujours, Jean-André Lasserre est plus malin que les autres : c’est pas qu’il est contre le tramway en général, mais contre celui-ci en particulier, qui présente surtout le tort d’avoir été initié par un département de droite. Jean-André Lasserre s’entête dans une opposition stérile en étant invisible aux réunions publiques organisées à Courbevoie par le conseil général sur la question du Tramway et méprisant, au passage, certains de ces électeurs.

A-t-il bien compris qu’être Conseiller général impliquait plus que de rédiger un tract pour expliquer qu’il avait réduit son activité professionnelle et qu’il gagnait désormais et grâce à vous, plus d’argent ? A-t-il simplement compris qu’un Conseiller général doit faire plus que de siéger tous les trois mois pour s’opposer à la politique départementale ?

Publicités
Cet article, publié dans Courbevoie, La Défense, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le conseiller général invisible de Courbevoie-Sud

  1. Jean Spiri dit :

    Monsieur Roche,

    Que voulez-vous, la Raison dialectique laisse toujours des traces !

    Plus sérieusement, je regrette que mon style vous ait fait perdre le sens de mon propos, qui s’accorde dans leur grande majorité aux remarques que vous tentez de présenter comme des contradictions (toujours la dialectique…) :
    1- la solution actuelle n’est pas satisfaisante, pour de nombreuses raisons exposées dans mon texte et la note précédente – dont l’articulation pour l’instant inexistante avec la future station de métro, c’est au deuxième paragraphe ;
    2- nous ne nous contenterons pas d’une seule proposition et je n’ai indiqué à aucun moment que nous nous contenterons des non reponses de RFF, comme vous le sous-entendez ! au contraire, j’indique clairement que nous attendons des réponses précises et des alternatives. Cela concerne l’aspect financier comme technique, dans une dimension diachronique comme synchronique. Nous voulons une étude sur la solution souterraine : c’est clair, net et précis. C’est bien la position exprimée par Jacques Kossowski.

    Mon seul objectif au travers de cette note était de faire un parallèle entre deux attitudes qui me paraissent également dommageables et stériles : l’acceptation béate ou résignée du projet de RFF et le refus direct de la solution proposée sans savoir si une alternative réaliste existe. Tant que nous n’avons pas tous les éléments, il ne sert à rien de prendre partie, si ce n’est à vouloir instrumentaliser le débat en jouant sur l’effet repoussoir facile de telle ou telle solution. En revanche, si nous parvenons à avoir ces éléments de comparaison entre plusieurs solutions (y compris mixées dans le temps), il sera facile de se déterminer sur des bases partagées, dans une vraie concertation avec nos concitoyens. Nous pourrons alors avoir des désaccords sur des bases tangibles ou bien un accord. Et si nous ne parvenons pas à avoir les éléments souhaités de la part de RFF, alors, rassurez-vous, nous saurons prendre nos responsabilités.

    Jean Spiri

    PS : une question me taraude, pourquoi indiquer sous votre signature cette date, le 10/07/2011, soit deux jours avant la publication de ma note ? Décidément, nous n’habitons pas le même espace-temps !

    NB : vous remarquerez une fois de plus que je ne me livre pas à la censure (tous les commentaires sont publiés, sauf s’ils venaient à contrevenir aux règles générales de modération), alors qu’elle est pratiquée à l’endroit de mes commentaires sur votre site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s