BHL défend DSK : la réaction passionnée d’un ami aveuglé

Je m’étais promis de ne rien écrire de l’affaire DSK mais un texte de Bernard-Henri Lévy, tout en partialité (que vous pouvez lire sur le site du point.fr), me pousse à réagir.

BHL commence ainsi son billet : « Je ne sais pas ce qui s’est réellement passé, avant-hier, samedi, dans la chambre du désormais fameux hôtel Sofitel de New York. ». Il aurait pu et peut-être dû s’en tenir à cette phrase.

Mais le philosophe poursuit, énumérant ce qu’il ne sait pas, pour enfin nous livrer ses certitudes, parmi lesquelles : « Ce que je sais, c’est que rien au monde n’autorise à ce qu’un homme soit ainsi jeté aux chiens. ».
Cette emphase mal à propos a le don d’enlever à son auteur sa crédibilité. Surtout quand les médias et les personnalités politiques font preuve d’une grande réserve et d’une grande prudence. C’est le cliché de DSK, les mains dans le dos, entouré de policiers mais digne, qui pousse le philosophe à s’emporter ainsi.

Cela provoque même chez lui de la rancœur : « J’en veux, ce matin, au juge américain qui […] a fait semblant de penser qu’il était un justiciable comme un autre. »

Voilà ce qui explique l’indignation et la rancœur de l’auteur : son ami DSK de par sa fonction, de par sa notoriété n’est pas « un justiciable comme un autre ». Que Bernard-Henry Lévy, partisan déclaré du socialisme français en arrive à prôner l’inégalité de traitement pour de si mauvaises raisons m’effraie un peu plus sur la perte de valeur de ce parti.

Il n’y a pas de raison qui justifie l’inégalité et le Directeur général du FMI est un justiciable comme un autre, il bénéficie du même traitement.

BHL poursuit : « Et ce que je sais, encore, c’est que le Strauss-Kahn que je connais, le Strauss-Kahn dont je suis l’ami depuis vingt-cinq ans et dont je resterai l’ami, ne ressemble pas au monstre, à la bête insatiable et maléfique, à l’homme des cavernes, que l’on nous décrit désormais un peu partout : séducteur, sûrement ; charmeur, ami des femmes et, d’abord, de la sienne, naturellement ; mais ce personnage brutal et violent, cet animal sauvage, ce primate, bien évidemment non, c’est absurde. »

Il n’est jamais absurde d’écouter une personne se plaindre d’un crime monstrueux, bestial, brutal, violent et sauvage, quel que soit celui qu’elle accuse, même s’il s’agit d’un ami de 25 ans. Émettre un doute sur la véracité des faits peut s’entendre mais la balayer d’un revers de main en la qualifiant « d’absurdité évidente » est un raccourci intellectuel indigne.

BHL est un ami mais aussi un partisan de DSK, il le soutenait en 2007 ne rejoignant Ségolène Royal qu’après sa victoire aux primaires. Cette année encore l’espoir, de voir son ami candidat à la présidence, est déçu. Il l’exprime ainsi : « Et puis je suis consterné, bien sûr, par la portée politique de l’événement. ».

Outre cette réaction passionnée d’un ami aveuglé, ce qui est consternant c’est qu’un homme politique, reconnu pour son action au FMI, pour sa gestion de la crise économique et financière mondiale, reconnu pour ses compétences et son expérience, favori des sondages pour représenter son parti à l’élection présidentielle de son pays et favori de cette élection se soit mis en situation d’être accusé d’agression sexuelle.

David Brexel

A lire aussi : Ma réponse aux défenseurs trop zélés de DSK de Titiou Lecoq sur Slate.fr

Publicités
Cet article, publié dans David Brexel, Evénement, Tribune, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour BHL défend DSK : la réaction passionnée d’un ami aveuglé

  1. bruneau dit :

    je suis écoeurée par ce mec BHL qui cautionne toutes les dérives sexuelles de DSK : il cautionne les actes d’un homme qui aurait été censé être Président de la République et pouvant faire passer des lois sur le viol; QUELLE HONTE D’AVOIR DES INTELLECTUELS de cet ordre qui ont un sexe à la place du cerveau : j’ai réellement envie de vomir en lisant de tels propos.
    Mais pour qui se prend-il ce MEC ? Ha ! j’avais oublié qu’il avait cautionné les agissements de POLANSKI : que des gens qui ont la morale au niveau de la ceinture (qui se ressemble s’assemble : que faut-il conclure pour BHL ?).
    VOUS M’ECOEUREZ M. BHL et jamais je n’acheterai un de vos livres ou un CD de votre compagne et BRAVO à la JUSTICE AMERICAINE qui au moins ne fait pas de distinction entre un GROS RICHARD qui, avec son fric, peut se permettre toutes les dérives et les petits, emprisonnés (par exemple : pour un vol d’oranges).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s