La jeunesse : enjeu de 2012 ?

A en croire les récents discours des responsables politiques  de gauche la jeunesse serait « au cœur » de leurs préoccupations. Pourtant les déclarations faites par les uns et les autres ne résonnent pas comme des déclarations d’amours :

Le rêve de François Hollande pour la jeunesse s’exprime ainsi :  » donner à la jeunesse de France toutes les conditions de réussir sa vie, une vie meilleure, heureuse, digne ». Mais il se concrétiserait comme cela : « Il y a des territoires ruraux qui ne demandent qu’à accueillir des jeunes, alors que nous avons une concentration de population trop forte en Ile-de-France ».

Pour tous les jeunes qui ne trouvent ni travail, ni logement en Ile-de-France la solution est simple comme un déménagement en Corrèze !
Comment un candidat qui se veut crédible peut-il être aussi éloigné de ce qu’attend notre génération?

Pour Cécile Duflot, il faut sortir du nucléaire quitte à creuser la dette et sacrifier les générations futures : « L’équilibre des comptes publics n’est pas une fin en soi, même si c’est une nécessité à terme. La priorité, c’est d’éviter la catastrophe d’une transition énergétique brutale et non organisée. Il faut se poser la question de l’investissement public nécessaire à cette transition. Cela exigera la mobilisation de fonds publics. »

Autrement dit,   investissons  énormément pour sortir du nucléaire,  la dette peut bien continuer à augmenter, les générations futures la paieront ! Voilà le développement durable selon Duflot.

Martine Aubry nous promet « 300 000 emplois d’avenir » en supprimant la possibilité de faire des heures supplémentaires. Cela revient à priver les 6 millions de salariés de revenus complémentaires  pour donner un emploi précaire à 300 000 jeunes. Ce n’est pas ce que nous voulons, car ce n’est pas une solution.

Nous préférons le bilan de la politique de Nicolas Sarkozy pour la jeunesse qui a au moins le mérite de nous accompagner vers l’autonomie et de favoriser l’intégration sociale et professionnelle. Il se traduit par plusieurs mesures concrètes :

  • l’ouverture d’écoles de la deuxième chance pour permettre à chacun de reprendre une formation,
  • favoriser les formations qui amènent vers un emploi, ainsi 410 000 jeunes ont intégré une formation en alternance en 2010,
  • un dixième mois de bourses pour les étudiants,
  • le RSA pour les moins de 25 qui ont déjà travaillé…

Le gouvernement à ainsi fait bien plus pour la jeunesse que ses prédécesseurs. L’objectif maintenant est de faire baisser le chômage des jeunes mais pas au détriment d’autres salariés, pas en nous demandant de déménager mais en créant de l’emploi et en développant la croissance. La reprise économique devrait nous y aider.

La jeunesse n’est pas un enjeu pour 2012 ,ni même  un enjeu politique. La jeunesse est l’avenir de notre pays, la former et lui donner la possibilité de s’épanouir et de s’investir, c’est faire vivre la France de demain.

David Brexel

Publicités
Cet article, publié dans David Brexel, Non classé, Tribune, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s