Le programme anti jeunes du Parti Socialiste

Avec l’allocation d’autonomie, les emplois d’avenir, l’encadrement des salaires et l’interdiction des stages hors cursus, le parti socialiste à choisi de sacrifier la jeunesse. Loin de favoriser l’insertion professionnelle, ces propositions organisent une véritable dépendance des jeunes vis-à-vis de l’Etat.

L’allocation d’autonomie, annonce la fin de la bourse sur critères sociaux. Ainsi tous les étudiants même les plus aisés bénéficieront d’une allocation, au détriment des plus modestes. C’est la fin de l’équité et le début de l’égalité au plus bas niveau.

Les 300 000 emplois d’avenir proposés par le Parti Socialiste sont un retour aux emplois jeunes de l’ère Jospin. Il s’agissait d’un contrat de 5 ans, subventionné par l’Etat et n’aboutissant sur rien sauf à une hausse automatique du chômage des jeunes au bout de 5 ans.
Les emplois d’avenir seraient financés par la suppression des heures supplémentaires qui ont pourtant permis d’augmenter le pouvoir d’achat des travailleurs modestes. Au terme de ces contrats précaires des centaines de millier de jeunes seront laissés sur le carreau avec une expérience difficilement valorisable. Cela revient à proposer des emplois non-qualifiants et n’offrant aucune perspective d’avenir.

Plutôt que des mesures artificielles de court terme, il est urgent de lever les barrières à l’entrée d’un marché du travail trop rigide. Une des priorités est d’agir sur le coût du travail principal point d’achoppement pour l’embauche des travailleurs les moins expérimentés ou qualifiés.

Il faut miser, comme nous le faisons, sur le développement des filières d’apprentissage et d’alternance, y compris à l’université, qui  permettent une intégration progressive et réussie au sein du monde professionnel et affichent un taux d’insertion professionnelle de plus de 90%.

L’interdiction des stages hors cursus, notamment pour les étudiants n’ayant pas de stage dans le cadre de leurs filières, aura pour effets de priver les étudiants d’une première expérience professionnelle valorisable et de les condamner à affronter le monde du travail sans la moindre expérience.

Dans l’ensemble, on ne peut que regretter que le projet présenté soit aussi archaïque, il constitue un retour à la pure doctrine socialiste pourtant abandonnée partout au profit des idées de social-démocratie.

Ce retour en arrière, au-delà d’être un cruel aveu d’impuissance, est une injure faite à la jeunesse.

Publicités
Cet article, publié dans Courbevoie, Militer, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s