Jacques Kossowski dévoile son programme pour Courbevoie

Lors d’une réunion publique, Jacques Kossowski, Marie-Pierre Limoge et une partie de leur équipe ont présenté le programme de la liste « Fiers d’être Courbevoisiens ».

12 grands projets pour les quartiers de la ville et 5 projets pour lier ces quartiers. Nous pouvons mettre en exergue la restructuration et la valorisation de l’îlot Charras autour d’un pôle commercial et d’un pôle de loisir, le réaménagement du parc de Bécon, le réaménagement du parc de Freudenstadt et de l’avenue Gambetta ou encore la création d’une nouvelle piscine municipale dans le Faubourg de l’arche.

 Vous pouvez télécharger ici le programme:
Programme

Retrouvez la vidéo du discours de Jacques Kossowski lors de la réunion publique.

 

 

Publié dans Courbevoie, Evénement, Militer, Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Courbevoie a-t-elle un problème avec sa dette ?

Les finances locales sont toujours un sujet complexe et parfois objet de certains fantasmes. Nous savons que Courbevoie est une ville bien gérée, sur les dernières années il n’y a eu aucune augmentation d’impôts, des investissements toujours aussi importants et une baisse des dépenses publiques. C’est une équation que peu de commune réussissent à résoudre.

La dette de Courbevoie c’est donc 129,78 millions d’euros à la fin de l’exercice 2018, elle était de 150,1 millions d’euros en 2014. Courbevoie s’est donc désendettée. Mais comment interpréter ce chiffre dans l’absolu ?

Pour bien comprendre nous allons expliquer cette dette et la comparer avec quelques villes voisines : Colombes, Rueil-Malmaison et Levallois-Perret.

  • La dette en euros par habitant
dette par hab

Source : le figaro / Fig-data

Courbevoie a une dette de
1 550€ par habitant, ce qui la place dans le bas du tableau. Juste au dessus de Colombes mais en dessous de Rueil-Malmaison qui flirt avec les 2 500€ et très loin de Levallois, proche des 5 500€ par habitants.
De plus, la tendance est à la baisse de cette dette puisqu’elle était de 1 682€ par habitant en 2014.
Ce premier indicateur est plutôt rassurant car il montre que l’endettement n’est pas élevé et que la ville montre déjà une certaine capacité à se désendetter.

 

 

 

 

 

 

 

 

  • La capacité de désendettement

Cette capacité se mesure en calculant le nombre d’années nécessaires au remboursement

capacité de désendettement

Source : le figaro / Fig-data

de la dette si la ville y consacrait l’ensemble de ses dépenses d’investissement.
Le gouvernement a fixé un plafond de référence à 12 ans pour les communes. Ce qui permet de donner un référentiel.

A titre d’exemple extrême, la ville de Bagnolet à ainsi une capacité de désendettement de 93 ans !
Si l’on regarde nos ville références, c’est Rueil-Malmaison qui a la plus faible capacité de désendettement en 18 ans, Levallois ne mettrait « que » 15 ans. Ces deux villes sont donc au delà de notre référentiel.
Courbevoie mettrait 6 ans à rembourser sa dette et Colombes 5 ans, elles sont bien en deçà du référentiel et c’est encore une élément très favorable concernant la gestion de la dette de notre ville.

  • L’effort fiscal
effort fiscal

Source : le figaro / Fig-data

Pour affiner encore notre diagnostique, on peut enfin s’intéresser à l’effort fiscal. Cet indice compare le montant récolté par la commune via les taxes locales ce qu’elle récupérerait si elle appliquait les taux d’imposition nationaux.
Ainsi, si l’effort fiscal est inférieur à 1, la ville dispose encore de marges de manœuvre pour théoriquement augmenter les impôts ; s’il est supérieur à 1, la pression fiscale est déjà importante.

C’est colombes qui disposent de la plus faible marge de manœuvre avec un indice de 1,1, Levallois et Rueil-Malmaison sont plus libres avec des indices respectif de 0,79 et 0,77. Courbevoie est donc la ville avec le taux d’imposition le plus faible : 0,42. La ville championne de France est Neuilly-sur-Seine avec 0,4.

Courbevoie affiche donc une dette toute à fait raisonnable et la gestion de l’équipe municipale sortante sous l’égide de Jacques Kossowski et de son adjoint aux Finances Patrick Gimonet est à saluer.

Pour finir, Courbevoie affiche un budget 2020 de plus de 217,8 millions d’euros, en augmentation de 1,4% par rapport à 2019. De quoi rester serein pour les années à venir si la gestion reste aussi sérieuse.

Publié dans Courbevoie, Non classé | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Une députée fantôme à Courbevoie ?

Le Parisien publiait le 17 janvier dernier un article intitulé : « LREM : le mystère des députés fantômes à l’Assemblée nationale« . Nous avions déjà eu l’occasion de souligner l’absence de la Députée Hennion lors des débats et du vote du projet de loi de finances pour 2020, nous avons encore remarqué ses absences lors de deux votes sur des projets de lois pourtant importants.

Le 15 janvier, Christine Hennion avait mieux a faire que de voter une proposition de loi visant à améliorer l’accès à la prestation de compensation du handicap (PCH). Visiblement celle qui veut « faire de Courbevoie une ville qui porte attention à tous » porte là une promesse sur le sable : vite dite, vite effacée !

Le 21 janvier encore, alors que les députés ont pu adopter le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, Madame Hennion n’était pas à l’assemblée. L’écologie, la solidarité ne sont pas non plus des thématiques qui l’intéresse.
Heureusement, à Courbevoie, nous pouvons compter, non seulement sur l’engagement, mais surtout sur l’action efficace d’Arash Derambarsh pour lutter contre le gaspillage.

Christinne Hennion AN

Le mandat de député ne se mesure pas au nombre de tweets pour se mettre en scène mais bien à la présence durant les débats et au nombre de votes. Il est facile de prétexter un travail en commission bien souvent invisible et inaudible, si ce travail est important, c’est par le vote des lois que s’exprime la volonté politique portée par les députés en notre nom à tous.
Si Madame Hennion semblait impliquée en début de mandat, son absence actuelle exclue les 139 000 habitants de la circonscription du débat démocratique pourtant très vivant.

Publié dans Courbevoie, Haut de Seine, National, Non classé | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Courbevoie parmi les villes les mieux gérées de France

Le journal Le Point vient de publier l’étude de  la fondation iFrap sur les villes les mieux gérer de France. En se basant sur les dépenses de fonctionnement et d’investissement, la dette, les impôts locaux et en comparant les résultats à l’étude déjà menée en 2014, notre voisine Colombes à été désignée ville moyenne (de 80 000 à à 107 565 habitants) la mieux gérée de France et Courbevoie progresse pour se placer en 7ème position.

le point Ifrap

Etude menée par l’Ifrap à partir des donnée data.gouv.fr et publiée dans le magasine Le Point n°2474 du 23 janvier 2020.

Agnès Verdier-Molinié Directrice de l’Ifrap explique la méthode : les indicateurs choisis permettent une comparaison financière totale entre les villes. Il a donc fallu aller chercher les budgets budget principaux des villes mais aussi tous les budgets annexes ainsi que les budget des intercommunalité.  Les critères sont les dépenses de fonctionnements dont les dépenses de personnel, les investissements, le niveau d’endettement et la pression fiscale et le tout sur la période du mandat (2014-2018).

Courbevoie a progressé globalement avec une note de 11,2 alors qu’elle n’était que de 10,9 en 2014. Si les dépenses de fonctionnement ont augmentées, la dette et la pression fiscale ont diminuées. Cette bonne gestion permet à la ville de Courbevoie de figurer dans le haut du tableau des 80 plus grandes villes de France.

Encore une raison d’être fier de Courbevoie !

Publié dans Courbevoie, National, Non classé | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Les enseignants de Courbevoie se mobilisent contre la réforme des retraites

Les enseignants de Courbevoie, Colombes et Bois-Colombes se sont réunis devant la permanence de la Députée LREM Christine Hennion.

Considérant qu’ils seront fortement pénalisés par la réforme des retraite, ils ont symboliquement déposée des épicéa devant sa permanence à Courbevoie pour lui faire comprendre que, pour eux, ça sent le sapin.

C’est une action symbolique et non violente pour interpeller l’élue avec qui le dialogue semble compliqué :  » Dans les réunions publiques, on se fait tout simplement virer et quand on se rend dans leurs permanences parlementaires, on nous explique que ce n’est pas le moment. » témoigne une professeur dans le Parisien.

Pour ce faire entendre les enseignant ont donc opté pour des actions symboliques plus marquantes et, plutôt que de crier à l’atteinte à la démocratie, les Députés devraient assumer pleinement leur rôle de représentant du peuple.

La réponse de la députée est un post sur twitter « […] Des temps d’échange seront bien prévu à cet effet ».  Les calendes grecques ne sont plus très loin…

tract enseignants de courbevoie

Tract distribué par les enseignants

Publié dans Courbevoie, Fait de société, Haut de Seine, Militer, National, Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Courbevoie est la ville où l’on vit le mieux en Ile-de-France

Le JDD a publié en exclusivité le classement des villes et villages où l’on vit le mieux. Ce classement à été effectué à partir de données objectives sur la qualité de vie et les services. Dans la catégorie des ville de plus de 2 000 habitants, Courbevoie est 31ème au niveau national et 1ère ville de la région Île-de-France.

Il aura fallu 2 années de travail à l’association des villes et villages où il fait bon vivre pour analyser les 182 critères retenus et fournis par l’INSEE ou par des organismes étatiques pour assurer l’impartialité du classement. Huit catégories ont été définies : la qualité de vie, la sécurité, les transports, les commerces et les services, la santé, l’éducation, les sports et les loisirs et la solidarité. Le président de l’association explique : « Nous avons privilégié des données 100% quantitatives et objectives, seule façon de comparer« .

Classement courbevoie

Soyons fiers de vivre dans la ville la plus agréable du Département et de la Région. De manière objective Courbevoie offre beaucoup de services à la population, bénéficie d’une vie associative très riche, reste une ville sûre et solidaire. Tout n’est pas parfait, il reste des choses à faire et à améliorer puisque la ville est 31ème au plan national.

Courbevoie est donc une ville où il fait bon vivre, voilà qui montre encore une fois que la violente campagne de dénigrement menée par la candidate LREM est totalement injuste.

Le classement des 50 premiers villages et des 50 premières villes :

classement JDD

Publié dans Courbevoie, Evénement, Haut de Seine, Ile de France, National, Non classé | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Le MoDem soutien Jacques Kossowski à Courbevoie

Si au niveau national le MoDem est un partenaire fidèle de la majorité LREM, au plan local le parti centriste choisi ses alliances. Ainsi à Levallois, le Modem à préféré Arnaud de Courson et à Courbevoie il a officiellement apporté son soutien à la liste  menée par Jacques Kossowski.

Modem

Jacques Kossowski à réussi a rassembler autours de lui, les fondateurs du comité En Marche ! de Courbevoie (les marcheurs libres), l’UDI, le MoDem, Les Républicains, Force Républicaine et les citoyens du collectifs « Courbevoie c’est vous« . Cette liste d’union de la Droite et du centre est un très large rassemblement, riche de cette grande diversité.

C’est, en même temps, un désaveux pour la candidate de La République en Marche qui avait aussi sollicité cette investiture mais qui n’a pas fait preuve de sa capacité de rassemblement. Elle paie, peut-être, aussi l’attitude de la Députée Hennion absente des débats à l’Assemblée nationale quand les Députées Constance De Grip (LR) et Isabelle Florennes (MoDem) luttaient main dans la main pour éviter la « super taxe » sur les bureaux dans l’Ouest Parisien.

Publié dans Courbevoie, Militer, Non classé, Politique | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Pourquoi je soutiens Jacques Kossowski pour Courbevoie

Hier, Jacques Kossowski et Marie-Pierre Limoge ont lancé leur campagne électorale devant plus de 300 courbevoisiens venus témoigner de leur confiance et de leur soutien.

Je suis arrivé à Courbevoie quand j’étais étudiant, j’habitais alors à 8 000 km d’ici en Guadeloupe et je devais choisir une résidence étudiante pas trop éloignée de la Sorbonne. Je n’ai plus jamais quitté cette ville et je suis fier d’être Courbevoisien !

Très rapidement, j’ai voulu rencontrer Jacques Kossowski et notre rencontre c’était déjà faite autour d’une galette des rois.

Il n’y a pas de hasard parait-il, que des rendez-vous. Lors de ce premier rendez-vous nous avons parlé de mon avenir, j’étais militant et je me voyais bien devenir un élu de la République. Il m’a donné ce conseil : « trouve d’abord un métier ».

J’ai suivi ce conseil, j’ai terminé mes études, j’ai quitté ma résidence étudiante mais pas Courbevoie et j’ai trouvé un métier. J’ai commencé dans la fonction publique et j’ai même travaillé à la Mairie de Courbevoie, jusqu’au jour où il m’a appelé dans son bureau pour me dire : « Tu vas aller travailler au conseil départemental des Hauts-de-Seine » Là encore j’ai écouté son conseil. Je lui ai fait confiance et il avait raison, j’ai beaucoup appris, j’ai appris une partie du métier.

Mais lui aussi m’a fait confiance. J’ai continué à milité, à Courbevoie, chez les jeunes populaires avec Benoit Deneulin puis au niveau du Département. Je suis devenu responsable départemental des jeunes populaires, dans la deuxième fédération de France, les Hauts-de-Seine, sous la Présidence de Nicolas Sarkozy. Cette responsabilité je n’ai pu l’exercer qu’avec l’entier soutien de Jacques Kossowski. Et j’ai appris une autre partie du métier.

Vous m’avez aussi fait confiance dans un moment plus compliqué. Certains d’entre vous se souviennent peut être du centre commerciale La Coupole à la Défense. J’y ai passé des jours et une nuit. Des jours avec les commerçants à comprendre pourquoi l’EPAD voulait fermer ce centre sans les indemniser. Une nuit, où des maçons sont venus monter des murs pour condamner le centre. Les commerçants sont intervenus, m’ont appelé, la police est intervenue et j’ai appelé Jacques Kossowski.
Il était tard mais il m’a répondu, il a appelé le commissaire de la Défense et nous avons tous pu rentrer chez nous.
Nous nous sommes retrouvés, quelques jours plus tard, le 14 juillet, dans son bureau. Il y a avait le défilé militaire à la télé et nous avons constitué tout un dossier qui a permis aux commerçants d’être indemniser. Le préfet et le Directeur général de l’EPAD disaient «tout va bien Monsieur le Maire, il n’y a aucun problème », mais c’est à moi qu’il a fait confiance.
Jacques Kossowski est proche de ses concitoyens, il les écoute, il les comprend et il les aide. C’est rare un maire qui s’engage autant et c’est précieux.

A1019C1B-A4A7-42AD-AE12-2757A22A40BC

Si j’ai participé hier à ce lancement de campagne, ce n’est pas un hasard, c’est le fruit de notre première rencontre. J’ai un métier qui m’a permis de connaitre le fonctionnement des collectivités locales, je connais les élus des Hauts de Seine, je connais ce monde politique. J’ai continué à milité, je suis devenu conseiller de quartier, j’ai créé ce blog pour enrichir le débat local, j’ai conseillé des candidats aux élections, j’ai créé un « Laboratoire d’idée » à l’origine notamment de la préemption commerciale et qui est toujours force de proposition aujourd’hui.

J’ai choisi de soutenir Jacques Kossowski car j’ai confiance en lui et en son expérience.

Ceux qui pensent que Courbevoie commence demain feraient bien de réviser leur histoire. Cette ville vit depuis des siècles, du village de pécheur à la ville industrielle et jusqu’à la naissance du quartier de la Défense, cette ville s’est transformée.
J’ai confiance en lui parce qu’il a participé à transformer cette ville : le Faubourg-de-l’Arche, l’espace événementiel, le stade Jean-Pierre Rive, le parvis de l’église Saint-Pierre et Saint-Paul ; et demain : la Halle du Marché, le parc de Freudenstadt et celui de Bécon, l’avenue Gambetta, le Village Delage ; et après : la Gare du Grand Paris, le nouveau Charras !

Mais quelle ville a ce dynamisme, sans dénaturer ses quartiers, sans s’urbaniser ni se densifier à outrance, sans augmenter les impôts et sans s’endetter ?

Jacques Kossowski est un homme d’expérience, de valeur et de confiance.

Jacques Kossowski est un maire bâtisseur, gestionnaire et visionnaire.

C’est pour cela que je m’engage avec lui, avec Marie-Pierre Limoge et l’équipe qui s’est constituée autour d’eux et c’est pour cela que je vous demande à tous de vous engager avec nous.   

Publié dans Courbevoie, David Brexel, Evénement, Militer, Non classé, Politique | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacques Kossowski candidat à la Mairie de Courbevoie

C’est ce dimanche 12 janvier 2020 à partir de 17h, au centre événementiel de Courbevoie que Jacques Kossowski lancera officiellement sa campagne.

fier d'etres courbevoisiens

C’est donc la fin du suspens, le Maire de Courbevoie est bien candidat à sa succession, fort du soutien de sa première adjointe Marie-Pierre Limoge (UDI), de celui des Républicains, de celui du Conseiller municipal Arash Derambarsh et d’un grand soutien populaire.

Sous le mot d’ordre Soyons fiers d’être Courbevoisiens et en s’appuyant sur un solide bilan, Jacques Kossowski annonce d’ors et déjà dans une interview au Parisien qu’il s’appuiera sur une équipe renouvelée pour notamment maîtriser la densité de population pour maintenir la qualité de vie, poursuivre la rénovation du centre-ville et préparer l’arrivée de la gare du Grand-Paris.

Pour en savoir plus et échanger avec Jacques Kossowski, Marie-Pierre Limoge et leur équipe rendez-vous dimanche au centre événementiel.

 

Publié dans Courbevoie, Evénement, Militer, Non classé | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’Assemblée Nationale vote une surtaxe sur les bureaux à Courbevoie

L’Assemblée Nationale a définitivement adopté le projet de loi de finances pour l’année 2020 et instauré une nouvelle taxe sur les bureaux concernant certains secteurs de l’Ouest parisien dont Courbevoie.

hemicycle-de-l-assemblee-nationale-illustration

Un amendement prévoyant une augmentation de 20% de la taxe sur les bureaux (TSB) avait été proposé et adopté par les députés malgré l’opposition de plusieurs députés des Hauts-de-Seine (Constance Le Grip, Jean-Louis Bourlange, Isabelle Florennes) mais en l’absence de notre députée Christinne Hennion (LREM). Une absence lourde de signification sur l’intérêt pour la vie économique de notre ville pour celle qui sera aussi candidate sur le liste LREM aux élections municipales.

Si cet article du texte de loi avait bien été supprimé par les Sénateurs, les Députés se sont empressés de le rétablir en l’absence encore une fois de notre Députée, qui sera aussi absente lors de l’adoption de cette loi de finances.

Après une première hausse de 10% pour 2019, une nouvelle hausse de cette taxe de 20% a donc été adoptée par la majorité LREM pour 2020. 

Cette taxe sert à financer le Grand Paris Express, elle concerne les 1er, 2e, 7e, 8e, 9e, 10e, 15e, 16e et 17 arrondissements de Paris, ainsi que des communes de Boulogne-Billancourt, Courbevoie, Issy-les-Moulineaux, Levallois-Perret, Neuilly-sur-Seine et Puteaux. Elle rapportera 150 millions d’Euros.

Cette hausse sera répercutée par les propriétaires des bureaux et entraînera une augmentation des loyers et sera donc payée par les entreprises locataires.  Alors que le Brexit se confirme, le gouvernement et sa majorité LREM imposent au quartier d’affaires de la Défense et à un territoire largement attractif, un handicap dans une compétition mondiale pour attirer les entreprises qui quitteront l’Angleterre.
C’est, de plus, faire reposer les dérives financières du Grand Paris, sur les entreprises. Or  une entreprise qui s’installe à Courbevoie, c’est de l’emploi et des recettes pour la ville. Avec cette nouvelle surtaxe combien d’entreprises iront s’installer ailleurs et ainsi quel manque à gagner pour la ville ?

Il faudra se souvenir que notre duo LREM pour les élections municipales, Aurélie Taquillain et Christine Hennion, aura instauré pour le Courbevoie de demain une augmentation de la taxe sur les bureaux de 20% avant même d’avoir été élu.

Publié dans Courbevoie, Haut de Seine, Ile de France, La Défense, Non classé | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Pourquoi l’appel à projet de la Halle Charras de Courbevoie est une bonne idée

Le conseil municipal de Courbevoie a voté le lancement d’un appel à projet pour occuper les 11 000m² bientôt libéré par la construction de la nouvelle halle de marché et du parking souterrain.

Courbevoie

La ville souhaite ainsi valoriser cette surface plutôt que de laisser vide et à l’abandon ce lieu central qui bénéficie toujours d’un fort potentiel. L’appel à projet laisse toute liberté aux participants d’inventer un concept original pour y implanter, durant 3 ans un lieu de vie, des ateliers d’artistes, un projet culturel, des restaurants, des bars aux concepts novateurs ou même de l’agriculture urbaine voire un projet encore plus innovant.

Bien sûr l’opposition s’y est opposée. Pour certain l’urgence est de réanimer la galerie commerciale, comme s’il suffisait de le dire pour que cela se fasse. Le centre commercial est une copropriété et il revient aux copropriétaires de jouer pleinement leur rôle. Cependant, le projet de la Mairie permettra de rendre beaucoup plus attractif cette partie du centre (parking, ancienne halle et nouvelle halle de marché) donc potentiellement d’attirer de nouveau une clientèle pour le centre commercial.

Pour Alban Thomas qui se plaint que rien n’a été fait depuis 2014, ce projet « lie les mains de la prochaine municipalité ». Pour résumer quand la ville ne fait rien ce n’est pas bien et quand la ville fait, ce n’est pas bien, c’est ce que l’on appelle l’opposition stérile.

Enfin, Aurélie Taquillain, nouvelle opposante qui durant ses deux mandats aura voté tous les projets de la majorité sans rien trouver à dire et sans rien proposer, se pose la question de savoir comment ce projet peut nous « sortir de l’impasse ? ». Voici une réponse :

Le projet de modernisation ou de rénovation de ce centre Charras prend énormément de temps notamment du fait d’un grand nombre d’acteurs et de la complexité, aujourd’hui, pour un centre commerciale comme celui-ci de continuer à exister sans se réinventer.

Ce que propose la ville c’est de mener, sur la partie qui lui appartient, une opération d’urbanisme transitoire. C’est-à-dire que durant 3 ans cet espace vacant sera occupé par des porteurs de projets qui, ce que  nous espérons, en referont un lieu de vie attractif. Ce projet est une nouvelle étape, il permet de valoriser un lieu, d’apporter des réponses et de faire la transition vers le projet final. C’est aussi un moyen original pour les courbevoisiens de tester ces solutions et pour la ville de consulter les habitants, les commerçants et les riverains avant d’envisager les solutions pérennes que nous attendons tous.

Depuis 2012, 69 opérations d’urbanisme transitoire ont été menées en Île-de-France et ont permis de réactiver la vie locale lorsque qu’un projet urbain tardait à se réaliser. Depuis 2010, ces pratiquent entrent dans la boîte à outils des acteurs de la ville et des collectivités.

Il est bien de voir que nous pouvons compter sur une majorité toujours imaginative et capable de se saisir d’idées innovantes pour avancer quand dans l’opposition on est toujours à vouloir inventer le Courbevoie de demain avec les outils d’hier.

Publié dans Courbevoie, Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacques Kossowski présente ses vœux pour Courbevoie

Publié dans Courbevoie, Non classé | Tagué , , , , | Laisser un commentaire